Great Plains continue son travail de vulgarisation des techniques de semis simplifié du colza

Techniques de semis simplifié du colza (ferme expérimentale de Sønderjysk Landbofereing - DK)

53 QX/HA POUR UNE DENSITÉ DE 13 PIEDS/M², AVEC LE COMBINÉ DENTS/DISQUES SL 500

Great Plains continue son travail de vulgarisation des techniques de semis simplifié du colza, pour une rentabilité accrue des surfaces emblavées. Cette fois, c’est le combiné dents/disques SL qui est mis à l’épreuve. Les conclusions d’une série d’essais, mis en œuvre par la ferme expérimentale Sønderjysk Landbofereing à Vojens, au Sud du Danemark, démontrent la supériorité de la pratique Great Plains : le meilleur rendement obtenu avec la densité de semis la plus faible.

Réduire de 25%  la recommandation officielle de 35 plantes au m²

Les parcelles semées simultanément à un travail simplifié du sol avec le SL500 équipé d’un semoir petites graines ont enregistré à la récolte, le meilleur rendement : 53 quintaux par hectare, avec le nombre de graines semées au m² le plus faible. Simon Revell, Responsable Export Great Plains détaille « C’est chose désormais bien connue : semer le colza trop dense augmente les risques d’élongation, de verse, mais aussi la concurrence entre les plantes pour l’alimentation azotée. De bons résultats en termes de récolte passent par l’accroissement, à la fois des ramifications et de la quantité de siliques par plants. En effet, 2/3 du rendement est naturellement porté par les ramifications secondaires et 1/3 par la hampe principale. Il est donc primordial de donner aux plants de colza suffisamment d’espace pour leur permettre de ramifier. Mais alors que les préconisations officielles évoquent 35 plantes levées au m², chez Great Plains, nous savons qu’en réduisant de 25% cette densité, on gagne à la récolte. A Vojens, les résultats d’essais ont mis en évidence qu’avec nos 13 pieds au m², nous  obtenions le meilleur rendement !

Ferme expérimentale Sønderjysk Landbofereing PROTOCOLE DES ESSAIS EN BREF

  • Implantation le 13 août 2012

  • Conditions de sols lourds typiques de la région du sud du Danemark

  • Deux méthodes comparées : semis après labour conventionnel et le semis direct après un travail du sol simplifié

  • 5 matériels testés, dont le SL 500 de Great Plains équipé de semoir monograines

  • Chacun des constructeurs a semé deux parcelles distinctes de 0.3 ha

  • Choix de l’itinéraire de fertilisation laissé à l’appréciation du constructeur (ou bien au semis, ou bien 30 jours après – ce qui a été le cas de Great Plains)

  • Great Plains a roulé les parcelles avec Aqueel2, qui consolide le lit de semences tout en permettant une meilleure mise à disposition de l’eau pour la graine

  • A la récolte, c’est la moyenne des deux parcelles qui est prise en compte

Des plantes mieux développées

En fonction de la technique mise en œuvre par le matériel des différents constructeurs participant aux essais, la densité d’implantation mesurée au printemps montrait une grande variabilité, de 13 à 38 pieds au m². Semées avec un écartement de 50 cm, la densité de la population sur les parcelles d’essais Great Plains était la plus faible. Mais quand les chercheurs ont poussé l’analyse, juste avant la récolte, ils se sont rendu compte que les parcelles semées avec la méthode Great Plains comptaient les plantes les plus lourdes - 263 grammes en moyenne - alors que les plus légères pesaient 107 grammes. Ces résultats confirment la faculté du colza à valoriser utilement les peuplements clairs.

Qualité de la nouaison assurée

Bien installé, grâce à un chevelu racinaire parfaitement développé sur l’ensemble des horizons du profil, de par l’action dents/disques du SL500 qui restructure et travaille le sol en profondeur en un seul passage, le colza a produit des plantes solides, bien ramifiées et riches en siliques. Or, quand on sait que la qualité de la nouaison est directement corrélée au niveau de rendement, on comprend mieux l’importance de ce critère pour une récolte de qualité. Au final, les essais mettent en évidence de meilleurs résultats à la récolte, même avec une densité plante au m² plus faible et cela, toujours pour un coût d’implantation réduit, puisqu’avec la méthode Great Plains, les charges calculées par la ferme expérimentale danoise s’élèvent à 90€/ha, alors qu’avec la méthode conventionnelle, elles s’élèvent à 147€/ha.

Ces essais sont en droite ligne avec les résultats que nous avons déjà enregistrés dans de nombreux pays d’Europe. Nous nous réjouissons du fait que notre technique apporte un vrai plus quel que soit le système cultural et la problématique de sol. Bien entendu, nous continuons nos investigations. Les essais ont été reconduits au Danemark, mais cette fois-ci au centre du pays, dans la région de Toftlund, mais aussi en France, en Angleterre, en Allemagne, en Europe de l’est, avec l’ensemble de nos outils de travail du sol simplifié. Notre objectif ? Donner les clés aux agriculteurs pour pérenniser la culture du colza tout en réduisant les charges.», conclut Simon Revell.