Maïs Fourrage

Quand les techniques de semis impactent la valeur alimentaire

MEILLEURE DIGESTIBILITÉ POUR LES MAÏS ‘FOURRAGE’ SEMÉS EN QUINCONCE

Un rendement plus important et une meilleure valeur alimentaire pour les variétés de maïs fourrage semées avec la technique du semis en quinconce au moyen du Yield-Pro, voilà ce que mettent en évidence les analyses d’une série d’essais mis en place par Great Plains au printemps 2014 et dont l’analyse a été réalisée cet automne.

Des essais comparatifs ‘maïs fourrage’, implantés dans le Devon (UK) avec le Yield-Pro, ont mis en évidence des performances supérieures des parcelles semées en quinconce. Sans surprise, le rendement se montre supérieur de 17.6% pour les maïs semés en Twin-Row. Un résultat supérieur à ce qui a toujours été observé, depuis dix ans, par le constructeur aux Etats-Unis où il a développé la technique. On le sait, ces performances trouvent leur source dans la biologie même du maïs : semées en quinconce, les plantes bénéficient de plus de lumière et également d’un plus vaste espace d’exploration pour leurs racines. En captant plus de luminosité et grâce à un chevelu racinaire plus étendu, le maïs assimile mieux les nutriments nécessaires à son développement végétatif. Il fabrique donc plus de biomasse que la même variété semée en conventionnel et il sera, en outre, plus résistant à la verse.

Plus étonnamment, les résultats montrent aussi que cette technique de semis améliore la qualité alimentaire du fourrage, quel que soit la variété semée. En effet, les plants plus espacés, développent une teneur en lignine plus faible, rendant les fibres plus digestibles. Par ailleurs, outre les différences significatives de croissance observées pour une même variété à l’automne en fonction de la méthode d’implantation – épis mieux développés, système racinaire plus vigoureux -  on observe une plus grande homogénéité de taille entre les individus semés en quinconce. Une des variétés, a même développé des épis insérés sur la tige 15 cm plus bas que pour la même variété semée en conventionnel, sans réduction de taille globale de la plante.

« C’est cette propriété – l’insertion plus basse des épis sur la tige - qui réduit la teneur en lignine du maïs récolté. En effet, on trouve une concentration plus importante de ce polymère dans les tissus de la tige, sous l’épi. Nous avons également mis en évidence le fait que là où les teneurs en lignine étaient les plus faibles, les taux de fibres étaient supérieurs de 8 voire de 25% pour certaines variétés, dont le potentiel de richesse en fibre était déjà très élevé. On y gagne donc à tous les niveaux ! », explique Pierre-Arnaud Noiret de Great Plains.

« Par ailleurs, la lignine, de par la façon dont elle est combinée à la cellulose et à l’hémicellulose, bloque la digestibilité des fibres et par là-même leur valeur énergétique. Il est donc important d’en réduire la teneur le plus possible dans le fourrage destiné à la ration des polygastriques. La méthode du semis en quinconce apporte une réponse à cette problématique », conclut-il.

Pour plus d’informations, cliquer ici pour télécharger la brochure en Français.